Petites histoires fantastiques par les CE2

La classe de CE2 a écrit des histoires à partir des illustrations contenues dans l’étrange livre « Les mystères de Harris Burdick » œuvre de Chris Van Allsburgh éditée à l’École des Loisirs. Le livre rassemble quatorze illustrations qui auraient été remises, avant sa disparition, par leur auteur, Harris Burdick, à un éditeur. Les histoires accompagnant ces dessins restaient donc à écrire…

JPEG - 6.3 ko
Sous la moquette

Je m’appelle John Banana. Mon histoire se passa un soir dans ma maison. J’étais dans mon salon et j’ai vu une bosse sous ma moquette. Ce qui était sous la moquette est sorti. J’ai eu peur : c’était moche, avec des antennes, des boutons. C’était des martiens, j’ai essayé de les attraper avec ma chaise. Mais ce sont eux qui m’ont attrapé. Ils m’ont saucissonné avec des fils, mis dans un coin de la soucoupe volante, je ne pouvais plus bouger. La soucoupe volante m’a emmené sur Mars. Les Martiens m’ont ensuite emmené sur la Lune pour casser des cratères. Ils m’ont mis une boule au pied pour que je ne puisse pas bouger. J’étais avec tous les autres esclaves mais ceux-là étaient des Martiens : j’ai eu encore plus peur. Un jour, j’ai vu une soucoupe à côté de moi. Je l’ai volée et je suis rentré chez moi, et maintenant ils ne reviennent plus parce que j’ai volé la soucoupe du roi alors que le roi ne veut pas que ses gardes partent sans sa soucoupe. Ils ne peuvent donc pas venir me chercher. D’ailleurs, je l’ai cassée…

Zazie

Il était une fois dans la rue Veinser un monsieur qui était très gentil avec les enfants. Mais un soir, il vit sa moquette bouger. Il se dit : « qui est-ce ? ». Une petite voix dit :

  • Viens dans mon vaisseau spatial !
  • Pourquoi ?
  • Il y a plein de choses à voir.

L’homme partit dans le vaisseau spatial. Il vit à l’intérieur la petite voix : c’était le fameux cyclope, il n’avait qu’un œil. Soudain le monstre s’assit. Il emmenait l’homme sur sa planète. Mais un super-héros de l’espace le sauva. L’homme lui donna 2 € et le héros lui demanda :

  • Ça sert à quoi ?
  • Pour vous remercier de m’avoir sauvé !
  • De rien !

Tarik

J’étais assis dans mon fauteuil, je regardais la télé. J’ai changé de chaîne et après, zut !, la télé s’est éteinte toute seule. Puis la lumière s’est éteinte et après « BOUM ! » et « CRAC ! ». C’était quelque-chose qui était tombé dans la cuisine. J’ai vu de mes yeux vu une assiette brisée en deux morceaux et j’ai vu la moquette bouger. Puis j’ai entendu « kouïk kouïk ! » alors je me suis dit : « bizarre, pourquoi la moquette a-t-elle bougé ? ». Alors j’ai appelé quelqu’un pour enlever la moquette. Le lendemain : « DING DONG ! ». L’homme enleva la moquette…

  • Ah ! Un hamster !
  • Et bah voilà je l’ai retrouvé mon hamster ! Merci !

L’homme remit la moquette.

Evan

Il était une fois monsieur Olivier qui lisait son journal dans son salon, c’était le soir, on était en 1980. Tout à coup, monsieur Olivier vit une bosse qui bougeait : c’était sous la moquette du salon. Il avait très peur, c’était la première fois qu’il avait aussi peur. Il prit sa chaise et tapa la bosse. Mais il n’y arrivait pas bien. Elle allait très très vite, et elle partit de sous la moquette du salon parce qu’elle avait peur. Elle disparut soudain comme par magie. Les jours se suivaient et elle revenait régulièrement. Deux semaines étaient passées et elle n’était toujours pas morte. La troisième semaine, il l’avait tuée avec sa chaise. Très content de lui, il alla chercher un cutteur pour regarder ce que c’était. Il découpa autour de la chose et vit que c’était le hamster de la voisine. Il essaya de le réveiller en lui faisant du bouche à bouche, de lui appuyer sur le ventre. Miracle, le hamster se réveilla ! M. Olivier le prit dans ses bras et le ramena chez sa voisine. La voisine ne s’était rendu compte de rien. Il revint chez lui. Et maintenant il pouvait lire son journal tranquille.

Jorane

Chaque soir, je lis un livre dans le salon et chaque jour une chose arrondie bouge sous la moquette. Un soir, je me dis que je vais regarder sous la moquette. La moquette est trop collée. Ça doit faire peur, comme un fantôme, ah non, plus peur que ça ! Je prends une chaise, je rate la chose, et elle disparait. J’aurais pu l’avoir. Je remets tout en ordre et je vais me coucher. Le matin du mardi 25 avril 2012, j’appelle un monsieur pour changer la moquette. Le soir, le monsieur enlève la moquette et je vois mon hamster courir vers moi ! Je dis :

  • Combien ça coûte ?
  • Ça coûte 18 €.
  • Oui, et pour réparer la moquette ?
  • 23 €.
  • Et ça prend combien de temps ?
  • Une semaine.
  • Merci.

Tout revient dans l’ordre.

Quentin

Un vieil homme très âgé sentit sa maison trembler. Il se dit : « un tremblement de terre, oh non ! ». Il alluma la télé. Elle dit qu’une soucoupe volante survolait la région. « Vraiment ? » dit le vieil homme. Il regarda par la fenêtre. De l’autre côté de la pièce, un Martien déposa une balle sous la moquette et repartit. L’homme retourna sur le canapé et dit : « Des bêtises, la télé ! ». Il vit soudain une chose bouger sous la moquette. Il essaya de la poursuivre mais elle était trop rapide pour lui. Puis, à un moment, elle s’arrêta. Elle commença à grossir, grossir, et elle éclata. Dans la boule, il y avait un mot. Il disait que l’homme devait venir sur la planète Mars deux semaines plus tard. Il se dit que c’était peut-être vrai ce que disait la télé et réfléchit un peu. Une semaine passa, il sortit une vieille valise, il la monta dans sa chambre et il commença à y ranger ses affaires. Une autre semaine passa, la soucoupe était là. Il prit une échelle et monta dedans. Les Martiens l’emmenèrent sur leur planète. Il y resta un petit moment puis il rentra dans sa maison.

Jules

J’étais dans mon salon, je regardais la télévision. A ce moment, j’ai vu une toute petite boule sous la moquette. Je me suis dit « ce n’est rien du tout, je vais me coucher ». Le lendemain matin je me suis réveillé tranquillement et je suis allé regarder la télé. Mais j’ai vu la petite boule de la veille, non pas petite, mais grosse !!! J’ai eu tellement peur que je suis allé chez un ami. Il m’a dit :

  • Ne t’inquiète pas, on va retourner ensemble chez toi. Mais quand il a vu la boule il a crié et dit :
  • Bon, prends une chaise et tape la boule ! Mais à ce moment il a arrêté de crier et dit :
  • Il est où ton hamster ?
  • Je ne sais pas mais ce n’est pas trop grave parce que la grosse boule va exploser !!!!

Et mon copain est parti en courant ! La moquette a explosé à l’endroit où était la boule. J’ai regardé ce que c’était et c’était mon hamster. Je lui ai demandé comment il avait fait pour exploser la moquette ! Il a fait un petit bruit comme s’il m’avait répondu. Je suis ensuite allé lui donner à manger.

Shawna

JPEG - 8.9 ko
Archie Smith le prodige

Un petit garçon dormait bien quand tout à coup il entendit un bruit venant du cimetière. Il dit :

  • Je vais sauter par la fenêtre.

Il sort par la fenêtre et voit un fantôme.

  • C’est le professeur fantôme ! On ne le voit pas la nuit, c’est bizarre, là je le vois…

Il lui dit :

  • Bonjour bonjour professeur, ça va ?
  • Je vais arrêter de t’embêter si tu retournes chez toi, répondit le professeur.
  • OK je retourne chez moi ! Mais il vit des lumières, il crut qu’elles allaient l’attaquer. Il cria par la fenêtre au professeur :
  • C’est à toi les lumières ?
  • Oui !
  • Tu peux les ramener chez toi ?
  • Oui !
  • Au-revoir !

Il alla dormir enfin…

Alexis

Je vois des lumières. Elles savent que j’ai peur. Je me lève et je vais me cacher dans les toilettes. Elles me poursuivent. Je crie « à l’aide ! ». Je me fais attraper par les lumières. Elles me jettent dans un arbre. Je descends. Les lumières me récupèrent et m’emmènent sur la Lune leur planète. Je me réveille soudain. Je suis content parce que c’était un rêve

Warren

Il était une fois un petit garçon qui allait s’endormir. Il avait laissé la fenêtre de sa chambre ouverte. Soudain, extraordinaire, de la lumière apparut. C’était un fantôme. Le fantôme était un copain du petit garçon. Il voulait l’attraper pour l’emporter avec lui dans son cimetière. Il faisait des petits bruits « hou-hou-hou ». Le petit garçon se réveilla en sursaut. Le fantôme le prit dans son sac et l’emmena dans son cimetière. Là, il le posa dans un cercueil et dit :

  • Bonne nuit, à demain !

Il alla se coucher. Le petit garçon sortit du cercueil et marcha sur la pointe des pieds. Il ouvrit la porte du cimetière et sortit. Il aperçut un vélo extraordinaire, il monta dessus. Il appuya sur un bouton et il s’envola. Quand il aperçut sa maison il dit « stop ! ». Le vélo s’arrêta et il monta dans sa chambre. Sa maman revint, elle lui fit un gros bisou et il se coucha. Le fantôme, quand il se réveilla, s’aperçut qu’il n’était plus là. Depuis, il n’est pas revenu.

Delwyn

C’est le soir, Tome va se coucher. Il lit un livre et au bout de deux pages il s’endort. Une demi-heure passe et il est réveillé par un bruit bizarre. Tom voit par la fenêtre deux petites lumières blanches. Et d’un coup deux grandes lumières apparaissent dans la chambre et une petite voix demande :

  • Est-ce que c’est lui ?
  • Oui.

Les deux lumières blanches l’emportent dans leur vaisseau et retournent sur leur planète inconnue. Elle est blanche car c’est du sucre. On conduit Tom au château du roi de la planète en sucre. Et le roi lui dit : « Maintenant que tu es là tu es un esclave. Va me nettoyer la salle des armes. » Il commence à laver et il est vite épuisé. Il voit que les armes n’ont pas de protection. Il en prend une où est écrit : « arme pour rapetisser ». Il sort et il tire sur tous les monstres. Ils disent tous :

  • Mais qu’es-ce que tu nous as fait ?
  • Si vous ne me ramenez pas chez moi je vous désintègre tous !

On le ramène donc chez lui et il s’endort enfin. On n’entend plus parler des monstres aujourd’hui.

Maxime

Je vais me coucher. Il fait chaud dans ma chambre donc j’ouvre la fenêtre, et je vais vite dans mon lit. Il y a deux petits points de lumière, je fais mine de fermer les yeux et je regarde. Ces points de lumières sont étranges. Ils tournent autour de moi puis repartent. Le lendemain je prends mon petit déjeuner. Je vais me brosser les dents, je prends ma douche, je m’habille. Après je vais vite voir maman et je lui dis :

  • Hier soir j’avais chaud donc j’ai ouvert la fenêtre, après de la lumière est entrée dans ma chambre et a tourné autour de moi.
  • Tu as fait un cauchemar, je t’avais dit de ne pas regarder ce film d’horreur tu fais tout le temps des cauchemars après.
  • Mais non ce n’est pas un cauchemar c’est réel !

J’ai à peine terminé ma phrase que maman part. Ça y est je suis dans mon lit et j’entends la voix de mon ami dehors. J’ouvre la fenêtre et il dit :

  • Regarde mon nouveau jouet !

C’était un nouveau jouet où il y avait deux petites lumières attachées à un fil transparent. J’ai tout compris maintenant c’est mon ami qui me faisait une farce !

Maya

Je suis un petit garçon. Une nuit, des extraterrestres sont venus m’enlever ! Une fois dans leur soucoupe volante les aliens discutaient. J’avais entendu « Jupiter » : ils allaient m’emmener sur Jupiter ! Et après j’ai entendu « cobaye » ! Je les ai vus prendre des lasers. J’avais compris : ils voulaient me couper la tête pour observer mon cerveau ! Puis un ancien copain transformé en alien (mais je l’avais reconnu) m’a regardé et il a dit aux extra-terrestres de me détacher. Ensuite il a dit aux aliens de me reconduire chez moi. J’ai dit « merci » et je suis reparti chez moi en pyjama. J’ai un petit peu dormi avant le petit déjeuner. Au petit déjeuner j’ai mangé des céréales en forme de lettres et dans mon bol elles ont formé le mot… « ALIEN », bizarre…

Anthony

On était la veille d’Halloween. Le soir très tard, j’entendis une petite voix demander : « est-ce que c’est lui ? ». Je me levai et regardai à la fenêtre : des lumières se parlaient, puis elles entrèrent dans ma chambre. Je faisais mine de dormir, je les écoutais parler, elles disaient : « c’est lui qu’on doit emmener à la sorcière des lumières à minuit demain soir ? ». Le lendemain je dis tout à maman. Le soir, on prépara plein de plans, on ne sait jamais, on pouvait échouer à tout moment. On attendit minuit, on avait mis un pistolet dans le plan B. Le plan A était qu’on mettait une corde pour jouer au cowboy et on l’attacha des deux côtés du lit. Le plan A ne marchait pas. Maman a dit :

  • C’est l’heure du plan B.

J’ai pris mon pistolet et lançai des flèches. Maman dit :

  • Bingo ! On les a eues !

Elles ne revinrent plus jamais.

Eden

JPEG - 7.9 ko
Des invités inattendus

Je regarde la télé dans le salon. Puis j’entends un bruit dans la cave, je me suis dit d’aller voir. Puis j’ai vu la poignée de la porte de la cave tourner et des petits monstres verts à trois yeux qui entraient. C’était des monstres qui transformaient tous les objets dans les maisons en miniatures. Puis ils ont monté les escaliers. Ils sont allés dans le salon et moi je les suivis. Les monstres ont transformé le canapé puis la télé en tout petit. Ensuite les monstres verts à trois yeux sont allés dans ma chambre. Il fallait que je trouve une idée au plus vite ! J’eus une idée : j’allais demander une potion magique au magicien qui s’appelait Merlin. Il était très gentil et en plus il habitait à côté de chez moi. J’allai lui demander de me donner la potion qui s’appelait terminata. Comme ça tout rentrerait dans l’ordre. Il m’a donné la potion terminata. Je suis retournée à la maison. J’ai vu la maison en bazar alors j’ai lancé la potion magique sur les monstres en disant « terminata ». La maison est vite redevenue parfaite. Alors je suis retournée devant la télé.

Clara

J’étais en haut de chez moi, je suis allée dehors et là j’ai vu un jeu juste à côté des roses de ma maman. Je suis rentrée chez moi, et après j’ai commencé à construire le puzzle. Le titre était « le puzzle lutin ». Je me demandais si on ne me jouait pas un mauvais tour. Je suis allée dans ma chambre. Ma chambre était juste en haut de la cave. J’ai commencé à retourner les pièces en lisant la consigne : il était écrit que si on perdait on devait descendre dans la cave. J’ai commencé à construire le puzzle mais je me suis trompée. Je suis descendue à la cave mais je ne savais pas ce qui allait m’attendre. Là, je vis le bouton de la porte de la cave tourner. La porte s’ouvrit toute seule et je vis une quinzaine de lutins envahir la pièce. J’ai pris la pelle de mon papa, j’ai creusé un trou dans la cave. J’ai pris tous les lutins, je les ai mis dedans, puis j’ai refermé le trou. J’étais tellement fatiguée que je me suis endormie.

Lilou

Je me lève, je fais mon petit déjeuner. Puis je descends dans la cave chercher du lait quand je vois soudain le bouton de la petite porte tourner. Alors j’ouvre la porte : quelque-chose d’extraordinaire se tient devant moi. Ce sont des lutins, pas plus hauts que trois pommes. Ils me capturent et ils m’emmènent dans un château en argent. Dans le château il y a un roi, il dit que je serai cuisinier. Les lutins m’emmènent dans la cuisine et je cuisine tous les jours pour le roi. Un jour la guerre est déclarée. Le roi demande à ses lutins d’aller chercher des gens sur Terre pour faire plus de monde et gagner le combat. Pendant ce temps je tue les adversaires lutins. Quand les lutins arrivent sur le champ de bataille avec les gens qu’ils ont capturés ils se demandent comment cela a pu se passer. Moi j’avais fouillé le château et trouvé une épée. Je suis arrivé par derrière et je les ai tués. Maintenant je repars avec mes amis sur Terre.

Nicolas

Il était une fois un homme qui vivait seul. Un jour il décida d’aller dans sa cave. Il était certain d’avoir vu le bouton de la porte tourner. Il attendit pour voir si le bouton tournait vraiment. Et c’était vrai, des milliers de petits soldats débarquèrent dans la maison de l’homme. Après avoir vu tous les soldats il en vit un plus gros que les autres : c’était le roi. Il lui dit : « Que fais-tu dans ma maison ? ». L’homme s’étonna et il dit : « Ce n’est pas votre maison, partez ! ». Le roi fut très en colère et avec sa baguette il transforma toutes les grosses choses en miniatures, même l’homme. L’homme qui ne savait pas quoi faire prit le collier d’un soldat et le mit autour de son cou. Il se dit que peut-être tout redeviendrait normal. Et ce fut le cas, plus de soldats et plus de meubles miniatures. L’homme fut soulagé et il parla des heures et des heures de son histoire à ses amis.

Louane

Je suis descendu dans la cave et la poignée de la porte a tourné. Une main rentrait chez moi. J’ai poussé la main qui est sortie et je suis retourné en haut. Je suis allé prendre un marteau et j’ai cloué la porte. Le lendemain ça a recommencé la main tapait la porte alors je suis sorti dehors. Des lutins ont forcé la porte et m’ont attrapé. J’ai essayé de me débattre mais les lutins étaient trop forts. Ils m’ont emmené dans leur base. Ils voulaient faire une soupe et me manger. J’étais accroché à un bâton. J’ai réussi à glisser sur un côté puis je suis tombé par terre. J’ai couru jusqu’à chez moi. Je leur ai tendu un piège avec un sac et quand ils arrivèrent j’ai refermé le piège. J’ai fait un colis pour les envoyer en Espagne. Je suis rentré pour regarder la télévision et j’ai appelé mes copains pour manger une pizza.

Nicodème

JPEG - 10.8 ko
La harpe

Il était une fois un garçon âgé de 13 ans. Il se promenait avec son chien Dingo, âgé de 6 ans. Il allait près de la rivière chercher des cailloux, pour faire du feu. Il était en train de ramasser des cailloux quand il entendit un bruit derrière le buisson. Deux grosses cornes apparurent. C’était celles d’un cerf. Et le cerf lui dit : « Suis-moi, petit garçon ». Le jeune garçon le suivit et il vit une harpe. Puis le cerf disparut dans la forêt. Sur la harpe était inscrit « celui qui touche la harpe peut faire un vœu ». Donc le jeune garçon prit la harpe dans ses bras. Mais une voix de nulle part dit : « Tu as le droit de faire deux vœux ! ». Son premier vœu fut : « Je veux un sac rempli de cailloux », et tout à coup un sac rempli de cailloux apparut. Le jeune garçon dit :

  • C’est vraiment abracadabrant !

Puis il ajouta :

  • C’est bon, je n’ai pas besoin d’autre vœu.

Mais il prit quand-même la harpe. Il la mit dans son sac rempli de cailloux. Quand il rentra, il dit à ses parents :

  • C’est une harpe magique et on peut faire encore un vœu !
  • On va le faire demain ce vœu, dirent les parents.

Lucas

Il était une fois un garçon qui se promenait dans les bois. En arrivant à la rivière, il vit une harpe qui faisait de la musique et des poissons sauter. Il se dit qu’il reviendrait le lendemain car il était tard. Le lendemain à dix heures il était à la rivière. La harpe était là, elle jouait comme la veille. Le promeneur lui demanda ce qu’elle faisait là. Elle lui dit qu’elle était venue faire de la musique magique aux poissons, aux cerfs et à tous les autres animaux. Le promeneur lui promit qu’il reviendrait tous les jours mais le lendemain il y avait un mot : « SOS », une sorcière avait pris la harpe. Il alla voir la sorcière de la forêt, la sorcière lui dit :

  • Je te rends la harpe si tu arrives à me demander quelque-chose que je ne peux pas te donner. Reviens demain.

Il alla chez son ami et son ami lui dit :

  • Demande lui la grenouille à cheveux et quand elle te l’aura donnée prends la et coupe lui ses cheveux pour lui enlever ses pouvoirs.

Le lendemain, il alla chez la sorcière et lui demanda la grenouille à cheveux. La sorcière lui donna la grenouille à cheveux. Il s’aperçut que la grenouille à cheveux était la sorcière ! Il lui coupa les cheveux, prit la harpe et la remit à sa place. Pour le récompenser, la harpe lui donna de l’argent.

Gabriel

Il était une fois un petit garçon qui s’appelait Lulu. Il avait un chien. Un jour, il décida d’aller dans un forêt. Il vit une harpe sur une pierre à l’autre bout de la rivière. Lulu prit la harpe sur ses genoux. C’était incroyable, elle se mit à jouer. Mais au bout de 10 minutes la harpe lui dit :

  • J’arrête de jouer de la musique sinon il va se passer quelque-chose d’insolite.

Et malheureusement il lui dit de continuer. La harpe l’endormit et demanda à ses esclaves de l’amener avec son chien au Moyen-âge avec son tapis magique, à côté d’un château qui s’appelait Chouval. Il se réveilla et vit le grand château. Il dit :

  • Je vois la harpe dans le château. Petit chien où es-tu ? Ouh ! Viens voir il y a une petite porte là-bas !

Il prit la harpe, qui lui dit :

  • Je vais vous ramener chez vous.

Puis il est rentré chez lui.

Léna

A l’école un ami m’avait dit qu’il avait vu une harpe qui était magique dans une forêt. La harpe pouvait tout transformer. Elle pouvait transformer les arbres en sorcières. On alla la voir. Elle avait transformé tous les arbres de la forêt en sorcières ainsi que toutes les pierres. Mon ami dit :

  • Comment on va faire ?

J’ai dit aux sorcières :

  • Ne nous faites pas de mal !

Une sorcière répondit :

  • Non, nous ne vous ferons pas de mal, mais par contre on va transformer la harpe pour qu’elle ne fasse plus de magie.

Et depuis elle ne fait plus de magie… Vingt minutes plus tard un chasseur arriva et tua toutes les sorcières.

Mathéo

JPEG - 7.5 ko
Les sept chaises

Il était une fois une jeune fille qui s’appelait Marie. Elle allait prier à l’église sur une chaise. Il y en avait 6 autres et elles étaient numérotées. Il n’y en avait qu’en Espagne. Celle-ci était la numéro 5. Quelques minutes plus tard la chaise 5 bougea et elle décolla comme un éclair. La police arriva avec les pompiers mais trop tard, Marie s’était envolée. Elle quitta l’Espagne pour la France. Quelques heures plus tard, elle arriva à Mordelles, elle traversa toute l’église et sortit. Elle atterrit chez Babagaga, une sorcière qui l’emprisonna à vie et la mangea !

  • A l’aide !
  • Quoi, Marie ?
  • J’ai fait un cauchemar !
  • Tu vois que tu regardes trop de films !

Nolan