Une nouvelle bêtise du chat assassin

Nous avons lu le livre « Le chat assassin », écrit par Anne Fine puis nous avons inventé chacun une bêtise qu’aurait pu réaliser Tuffy, le chat de l’histoire. Tous nos textes ne seront pas publiés car certains élèves ne souhaitaient que le leur le soit.

Le poisson

Moi, Tuffy, je guettais le nouveau poisson dans la mare du jardin. Mais je ne pus résister, j’ai pris le poisson dans la mare. Je l’ai jeté sur le tapis, d’un coup. Emilie a crié. Les parents d’Emilie sont arrivés. Le papa d’Emilie m’a regardé avec des yeux noirs. La mamn d’Emilie m’a mis dehors, et je me suis demandé pourquoi ils m’avaient grondé. J’étais innocent, et en plus il aurait pu me mouiller !

Gaël

Le chapenzé du zoo

Ce n’est pas de ma faute si le chapenzé (un mélange de chat et de singe) du zoo s’est échappé. D’abord c’est lui qui a sauté sur mon dos. D’accord, je l’ai ramené à la maison mais il n’a pas voulu partir. Et ce n’est pas de ma faute si il a été noyé dans l’évier.

Le père d’Ellie, furieux : « Tuffy ! Qu’as-tu encore fait ! »

La mère d’Ellie mécontente : « Calme-toi ! Mais tuffy ne recommence plus jamais ça ! »

Le père d’Ellie dit : « Il faut l’emmener au vétérinaire ce chat, il commence à me taper sur les nerfs ! »

Ellis fondant en larmes : « Non, papa, non papa je t’en supplie ! »

Pourquoi ils en font tout un plat ? Juste pour un chapenzé. Et pourquoi ils m’accusent moi ?

Leeloo

Quelle injustice !

J’ai dit aux crétins de parents d’Ellie que ce n’était pas moi qui avavit fait pipi dans la bouche du père d’Ellie pendant qu’il dormait. (Il y avait une fuite dans le toit juste au-dessus de la bouche du père d’Ellie.)

Jules

Mon cahier !

Le soir quand Ellie voulut faire ses devoirs, elle a trouvé son cahier du soir déchiqueté dans son cartable. Alors elle est descendue en criant :

« Papa, maman, Tuffy a déchiqueté mon cahier du soir. »

« Oh, ce crétin de chat, il m’énerve, mais il m’énerve alors ! »

« Comme si c’était de ma faute, vraiment ! J’étais dehors avec mes copains. Ça ne peut pas être moi. Et ils m’accusent et ils m’accusent encore et encore. »

Jeanne

Tuffy et les bêtises

Je suis à la maison en train de chasser une souris. Ellie est allée au marché acheter quelque chose. Elle a ramené un bocal, ici dans le salon, puis Ellie, très surprise, se fâche.

« Tuffy, tu as mis tout le bazar, nous ne serons jamais prêts pour recevoir les voisins. »

Ellie, en colère, posa le bocal sur la table. Je regarde attentivement et une grosse chose rouge s’approche de moi.

Ellie me dit : « Tuffy, je m’absente quelques minutes, ne t’approche surtout pas du poisson. »

Ellie part. Je me dis : « Un poisson, miam, miam, mon repas. »

A cette crétine d’Ellie, elle n’a pas pensé à moi. Je prends ce poisson entre mes griffes, mais il est tombé de ma papatte. Beurk, comme il est gluant ce poisson venimeux ! Finalement, je n’ai pas très envie de le manger. Je le laisse sur le tapis et quand Ellie revient elle dit :

« Tuffy, je t’ai dit de ne pas t’approcher du poisson. Regarde, il n’a plus d’eau, il est tout froid. Méchant Tuffy ! »

Ellie me regarde et dit : « Qu’est-ce qu’elle fait là cette souris ? » Je ne répondais que d’un « miam ».

Luna