L’Egypte ancienne

Dans le cadre de la classe découverte à Londres des CE2 et CM1, les élèves étudient l’Egypte ancienne afin de préparer la visite du célèbre British museum !

L’écriture égyptienne

Les hiéroglyphes ! Par Camille et Ismaël

L’écriture Egyptienne

JPEG - 19.8 ko
Hiéroglyphes

Les hiéroglyphes sont l’une des plus anciennes formes d’écriture. L’écriture a été inventée en Mésopotamie par les Sumériens, il y a plus de 5000 ans. Elle se présente sous forme de petits dessins. Seuls les personnages importants : les scribes, maîtrisaient l’écriture. Les Egyptiens créèrent en même temps les hiéroglyphes puis les Phéniciens inventèrent à leur tour l’alphabet. Depuis, certaines écritures ont disparu, d’autres ont évolué. Les hiéroglyphes ont été utilisés pendant plus de 3500 ans en Egypte. Puis ils sont tombés dans l’oubli.

Grâce à Jean-François Champollion, les hiéroglyphes ont été déchiffrés.

Les scribes : personnage de l’Egypte ancienne dont le métier est d’écrire, de lire et de compter. La pierre de Rosette a permis de déchiffrer les hiéroglyphes.

Le sens de l’écriture Les hiéroglyphes se lisent dans trois sens différents : de haut en bas, de gauche à droite et de droite à gauche.

Camille et Ismaël

La momification

Pourquoi et comment embaumait-on dans l’Egypte ancienne ? Par Tom et Louan

La momification dans l’Egypte antique s’inscrivait dans un rituel funéraire. Le dieu de la momification est Anubis, à tête de chacal.

JPEG - 20.4 ko
Anubis

En Egypte antique, la conservation du corps était un symbole très important. La destruction de celui-ci représentait un risque très grave. Les Egyptiens croyaient en l’immortalité. La momification n’était cependant réservée qu’à une certaine catégorie de la population, la plupart des Egyptiens étaient très pauvres, ils étaient donc simplement enterrés sans cercueil, et leurs corps se desséchaient naturellement dans le sable chaud et sec du désert. L’embaumement ou momification était réservé aux plus riches.

Dès que le décès avait lieu, le corps était remis aux embaumeurs puis était transporté à l’ouest de la ville, dans un endroit élevé pour que les crues du Nil ne puissent pas l’atteindre.

Au sens propre du terme, la momification consiste à momifier toute dépouille humaine ou animale, c’est-à-dire conserver un cadavre, l’embaumer au moyen de matières balsamiques. Momifier les morts relevait d’une technique secrète, il n’existe aucun document expliquant la momification égyptienne et peu de dessins montrent comment procédaient les embaumeurs. Toutefois, les égyptologues ont pu reconstituer assez fidèlement les étapes, grâce à l’étude minutieuse de corps momifiés et aux textes des historiens de la Grèce antique qui ont consigné le processus de momification.

Les étapes de la momification

1) La première étape de la momification consistait à enlever les organes internes et fragiles du corps, qui se décomposaient rapidement. Le cerveau était d’abord extrait par le nez grâce à une tige de métal et une cuillère à long manche. On nettoyait parfois le crâne à l’eau. Ignorant l’importance du cerveau, les Egyptiens ne le conservaient pas. Selon eux, on pensait avec le cœur.

2) Une incision était ensuite pratiquée à l’aide d’un couteau en silex sur le côté gauche de l’abdomen. L’estomac, les intestins, le foie et les poumons étaient ainsi retirés. Ils étaient conservés dans du sel spécial : le natron, puis enveloppés dans des petits paquets ou déposés dans des vases : les canopes. Les couvercles des canopes représentaient souvent les têtes humaines et animales des quatre fils du dieu Horus. Les Egyptiens pensaient que ces fils protègeraient les viscères pour l’éternité grâce à une formule magique. Parfois, la formule était inscrite directement sur le vase.

Généralement on plaçait dans le vase à tête d’homme le foie, dans le vase à tête de chien l’estomac, dans le vase à tête de faucon les intestins et dans le vase à tête de singe les poumons. Le cœur était laissé à sa place, car les Egyptiens pensaient qu’il servirait au défunt dans l’au-delà.

3) Le corps ainsi vidé était ensuite recouvert de natron puis laissé à sécher pendant 40 jours. Les embaumeurs maintenaient parfois les ongles de pied grâce à des ficelles pour éviter qu’ils ne tombent. Ils enlevaient ensuite le sel et enduisaient d’huile le corps desséché. Enfin, on enveloppait le défunt de bandelettes afin qu’il ressemble au dieu Osiris.

Louan et Tom

Les dieux égyptiens

Qui sont les dieux égyptiens ? Par Lucie et Marie P.

I) La création du monde

Les dieux et déesses de l’Egypte antique représentent une foule considérable de plus d’un millier de puissances surnaturelles. Les Egyptiens croient que 9 grands dieux sont apparus lors de la création du monde : Atoum, Rê, Thou, Tefnout, Nout, Geb, Osiris, Isis, Seth et Nephtys. La naissance du ciel et de la terre : Thou et Tefnout s’unissent et donnent naissance à deux dieux : Nout, la déesse du ciel, et Geb, le dieu de la terre. Nout et Geb s’unissent à leur tour et donnent cette fois-ci naissance à Isis, Osiris, Seth et Nephtys.

Personne ne sait comment notre monde est né. En Egypte, on a coutume de dire qu’à l’origine, il n’y avait rien sinon Noun, l’océan sans rivage dont les vagues roulaient et déferlaient dans l’immensité des ténèbres. Puis, peu à peu, du fond des eaux, s’élève une masse confuse de sable et de boue qui émerge. Et c’est là, sur ce minuscule îlot, que, lisse et parfait, apparaît un œuf. Lorsqu’il éclot, en jaillit radieux et triomphant le dieu Rê, le soleil parfois appelé Amon, qui inonde l’espace de son éblouissante lumière.

II) Les dieux importants

a) Rê (ou Râ)

PNG - 43.4 ko

Le plus souvent, il est représenté sous la forme d’un homme à tête de faucon. Il porte sur la tête le disque solaire, protégé par un cobra. C’est un dieu créateur : selon les Egyptiens, il fait partie des dieux qui ont créé le monde. Certaines légendes racontent qu’il a aussi créé les hommes à partir de ses larmes. C’est le roi des dieux.

b) Isis

La déesse Isis est la sœur de Seth, Nephtys et Osiris. Elle est aussi l’épouse d’Osiris, avec lequel elle a un fils : Horus, le dieu faucon protecteur des pharaons. Isis est une magicienne très puissante. Grâce à sa magie, elle fait revivre Osiris, tué par Seth. C’est aussi grâce à ses pouvoirs qu’elle donne naissance à Horus.

c) Seth

C’est un dieu jaloux et méchant, il est le frère d’Osiris. Très jaloux de ce dernier, il le tue et le découpe en morceaux qu’il disperse dans tout le pays ! Seth est représenté comme un homme à tête d’animal et à la peau rouge. Mais on ne sait pas vraiment quelle est cette créature. Un cochon ? un âne ? un animal imaginaire ? En tout cas, les Egyptiens détestent les animaux associés à ce dieu, comme l’âne et le porc.

d) Horus, le protecteur des pharaons

Selon les légendes, Horus est le dernier dieu à régner sur l’Egypte avant les premiers pharaons humains. C’est pourquoi il est le dieu protecteur des pharaons. Horus est le fils du dieu Osiris et de la déesse Isis. Son père, roi d’Egypte, a été tué par son frère Seth. Pour venger cette mort, Horus combat Seth lors d’un duel et gagne. Seth est alors chassé d’Egypte. Horus devient roi d’Egypte à son tour. Le combat qui oppose Seth à Horus est très violent. Pendant la bagarre, Seth arrache l’œil gauche d’Horus. Mais Thot, le dieu à tête d’ibis, soigne Horus. Pour les Egyptiens, l’œil d’Horus est sacré. Ils fabriquent des bijoux porte-bonheur en forme d’œil.

e) Le dieu des momies Anubis est le dieu de la mort et de l’embaumement. Il est le gardien des momies et des nécropoles. Anubis est représenté comme un homme à tête de chien noir (ou de chacal). Pour les Egyptiens, le chien représente la mort parce que, la nuit, des chiens déterraient parfois les morts en cherchant de la nourriture.

III) La légende d’Osiris et le tribunal des morts

Osiris est le chef du tribunal des morts : il décide si les défunts ont accès ou non à la vie éternelle. Le cœur du mort est pesé pour savoir s’il a fait le bien ou le mal durant sa vie. S’il est plus lourd que la plume dans la balance, le cœur est dévoré par un monstre à tête d’alligator. S’il est léger, Osiris autorise le mort à avoir la vie éternelle.

Marie P. et Lucie

Visite au musée des Beaux-Arts

Jeudi 7 février, les classes de CE1/CE2, CE2/CM1 et CM1 ont suivi une animation au Musée des Beaux-arts de Rennes afin d’en savoir un peu plus sur les rituels de momification en Égypte ancienne. Voici donc quelques pièces qui ont marqué notre visite.

JPEG - 157.7 ko
Faucon

Faucon en pierre

Le faucon représente le plus souvent Horus, le fils d’Isis et d’Osiris. Mais il existe de nombreux dieux qui ont une tête de faucon.

JPEG - 178.3 ko
Osiris

Statuette d’Osiris en pierre

Osiris est le dieu des morts. C’est le premier homme à avoir été momifié. Dans ses mains, il tient un sceptre et un fouet qui sont des symboles royaux. Il porte également le pschent (coiffe royale) et la barbe postiche.

JPEG - 153.9 ko
Anubis

Statue en bois représentant Anubis

Anubis, le dieu à tête de chacal, est le dieu de la momification. C’est lui qui a embaumé Osiris.

JPEG - 145.6 ko
Bastet Sekhmet

Statuettes en pierre de Bastet et Sekhmet

Bastet est une déesse à tête de chat. Sekhmet est une déesse à tête de lionne (ici elle a aussi un disque solaire). En réalité il s’agit de la même déesse : lorsqu’elle est représentée par Sekhmet, c’est son côté féroce qui ressort.

JPEG - 165.2 ko
sarcophage

Sarcophage en bois

Dessus, on peut lire des hiéroglyphes. Ils nous indiquent qu’une femme, une prêtresse, était dedans. Aujourd’hui, la momie n’y est plus. La plupart des momies de l’Égypte ancienne ont été détruites. Au XIXe siècle, on détruisait même les momies pour en garder une poudre qu’on pensait magique ! :-/

JPEG - 150.2 ko
canopes

Les 4 canopes

Ce sont des vases qui servaient à mettre les organes retirés du corps de la future momie. On y mettait les poumons, le foie, les reins, les intestins, l’estomac… Les couvercles représentent les quatre fils d’Horus : l’homme, le chien, le babouin et le faucon. On plaçait ces vases près de la momie.

JPEG - 161.3 ko
chat

Chat momifié

Le chat était un animal sacré (c’est la déesse Bastet). Dans l’Egypte ancienne, si on tuait un chat, on pouvait être condamné à mort.

On momifiait aussi de petits animaux : ici on peut voir un sarcophage de musaraigne et un sarcophage de lézard !

JPEG - 150.8 ko
enfant

Momie d’enfant

Les bandelettes sont en lin. La momie a été passée au scanner : on sait que sous les bandelettes elle est intacte et d’après l’étude de la dentition l’enfant devait avoir 5 ans environ. Pourtant il parait plus petit pour nous aujourd’hui.

JPEG - 309.3 ko
femme

Momie de femme de l’époque romaine

On a peint son corps et son visage sur les bandelettes. Il y a des feuilles d’or (des vraies !) sur les bijoux. D’après les croyances, la femme devait ainsi revivre avec les vêtements et bijoux peints.

JPEG - 161.3 ko
oushebtis

Les oushebtis sont des statuettes qui étaient placées près du sarcophage. Ce sont les serviteurs de la momie. Il y en a 365 : un pour chaque jour de l’année !

JPEG - 218.6 ko
jeu du serpent

A la fin de la visite, nous avons joué au grand jeu du serpent. Il y avait 4 pions à tête de chien, avec des couleurs différentes. Pour avancer son pion, il fallait lancer 4 bâtons. Si le bâton tombait du côté des hiéroglyphes on avançait d’une case. Sur chaque case, l’animatrice posait une question ou demandait de rechercher un objet vu dans la salle d’exposition. Il y avait des cases pièges (les cases « serpent ») et des cases magiques pour rejouer.

Nous sommes maintenant de vrais égyptologues !